SENTIER DU PRADAL

Le bord du plateau réserve surprise et émotion : l’espace immense, ses lignes basses, sa texture de cailloux et d’herbes rases… À l’horizon, ce sont les crêtes du mont Lozère, mais dans l’intervalle fait de vallons, rivières et chemins se dissimulent dans les plis du relief. Tournant le dos à la vallée, adossée au versant d’un “serre” qui la met à l’abri du vent du nord, la ferme du Pradal est à peine visible. Elle doit son nom aux “prés”, comme la grande doline qui s’ouvre devant les bâtiments. Plus loin, l’abîme rocheux des couronnes ; les dolines et la pierraille aiguë qui teinte sous les pieds.  Sur son dôme chauve, le moulin sans ailes continue son dialogue avec le vent... Une balade sur le causse Méjean qui permet de découvrir l'histoire des lieux et des hommes par une lecture des paysages en perpétuelle transformation.