Przewalski, le dernier cheval sauvage

Przewalski, le dernier cheval sauvage

Sur le Causse Méjean, une espèce sauvage de cheval nommée Przewalski a trouvé refuge grâce à l'association Takh.

L’expérience la plus originale concerne le sauvetage d’un cheval du nom de Przewalski, découvert en Mongolie à la fin du XIXème siècle par celui qui lui a donné son nom. Il s'agit du colonel Nicolaï Przewalski, un explorateur russe qui a découvert et identifié cette espèce dans le désert de Gobi en 1879. Jadis, les mongols vivaient déjà avec cet ancêtre des chevaux domestiques.

Dans les années 1960, le cheval de Przewalski est en voie d'extinction en partie à cause des chasseurs et des campagnes de capture. Il n'en reste seulement que 14 survivants. Trente ans plus tard, le nombre de chevaux captifs augmente et atteint les 1000 individus ce qui pousse à la réflexion pour une éventuelle réintroduction en Mongolie.

Jamais domestiqué par l’homme, on en compterait plus que 1600 aujourd’hui dans le monde. Dans la ferme du Villaret, sur le causse Méjean en Lozère, l’association Takh (mot mongol pour «cheval») a réussi à reconstituer un troupeau de 38 chevaux. Ces derniers peuvent supporter des extrêmes de chaleur et de froid.
Concernant son apparence, le cheval de Przewalski possède une grosse tête, de longues oreilles, des yeux placés en hauteur, une encolure épaisse et un gros corps avec une raie de mulet foncée. Il peut atteindre une hauteur de 1,60 m, une longueur de 2 mètres et un poids de 250 kg.
En 2015, 12 chevaux ont été acheminés par avion pour être réintroduits avec succès au Kazakhstan, la terre de leurs ancêtres.

cheval przewalski

 

Suggestion