Le Château de la Baume, trésor vivant

Le Château de la Baume, trésor vivant

Sur la commune de Prinsuéjols au cœur de l’Aubrac, l’austère château des barons de Peyre cache bien son jeu. Construit au XVIIe et agrandi début XVIIIe siècle, il présente une décoration intérieure d’une rare noblesse en plein cœur du Gévaudan.

Au Moyen Âge, la baronnie de Peyre était l’une des plus puissantes à régner sur le Gévaudan. Leur château fort ayant été détruit durant les guerres de Religion, les seigneurs de Peyre, Antoine de Grolée et son épouse Marguerite de Soulatges, décidèrent en 1630 de faire construire le château de la Baume et d’y transférer le siège de la baronnie.

Propriété de la famille de Las Cases depuis deux cents ans, le château de la Baume, habité toute l'année, est classé monument historique depuis 1973. Et sa visite réserve bien des surprises. Elle débute par la partie ancienne, l’aile nord qui comprend la salle la plus grande du château, une salle de billard de 120 m². Puis elle traverse une série de pièces dont une salle à manger, plutôt rare à l’époque, et le cabinet de travail de César de Grolée. Ayant hérité du domaine, ce dernier entreprit de faire décorer le château par des artisans locaux avant de se lancer dans des travaux d’agrandissement qui forment aujourd’hui l’aile sud.

Un cadre d’origine

Construite en 1710, cette partie présente une magnifique enfilade de pièces, réplique miniature de la galerie des Glaces à Versailles. César de Grolée en confia cette fois-ci la décoration à des artistes venus de Montpellier et de Paris. Et certaines portes à l’effigie du Roi-Soleil, cloisons en bois…, ont même été confectionnées dans les ateliers de Versailles. Dans un décor exubérant, meubles, tapisseries d’Aubusson, peintures flamandes, toutes les pièces sont ornées de plafonds à la française et de parquets ouvragés. Louis XIII ou Louis XIV, chacune a son propre style.

Grâce à un ingénieux système de ventilation, tout le mobilier et la décoration, dorures et fresques en trompe l’oeil, blasons, etc., ont traversé le temps sans avoir besoin d’être restaurés. La visite s’achève avec celle de la chapelle palatine à laquelle les seigneurs accédaient directement par le balcon. Et pour ceux qui le souhaitent, elle se prolonge librement dans le parc bordé par de magnifiques dépendances où l’on peut également profiter d’un séjour en gîte.

Un concentré d’histoire

Bénéficiant d’une décoration plus sobre, style Empire, une pièce de l’aile sud rassemble des souvenirs ayant appartenu à Emmanuel de Las Cases, grand chambellan de l'empereur Napoléon Ier et auteur du Mémorial de Sainte-Hélène.

Le petit Versailles du Gévaudan

On y trouve des ouvrages anciens, des porcelaines issues des manufactures royales, une mèche de cheveux ayant appartenu à l’Empereur lui-même ! La famille de Las Cases a également marqué la vie politique lozérienne. Attaché à la Baume que l’on surnomme parfois « le petit Versailles du Gévaudan », François de Las Cases confie : « Cet endroit a toujours été un lieu ouvert, important dans la vie politique et culturelle locale. Faire visiter le château perpétue une tradition avec, à la clé, un aperçu de l’histoire de la décoration d’intérieur, du style rustique jusqu’à celui de l’Empire. »

Château de la Baume en Lozère
L'extérieur du Château de la Baume

Suggestion